Botavie - Origine de la médecine UNANI

Publié le : 11/09/2017 10:56:19
Catégories : Botavie Rss feed

Origine de la médecine UNANI

Unani: merveille du Moyen-Orient

Médecine Unani : merveille du Moyen-Orient

Rédigé par Mme Amel Bouvyer

Revue Quelle Santé

botavie

Les principes de la médecine Unani ont été élaborés au VIIème siècle par les meilleurs savants arabes et persans. Fondée sur l’observation des déséquilibres entre la chaleur et l’humidité des organes, cette médecine puise tous ses remèdes dans les plantes médicinales. Les portes de ce trésor thérapeutique s’ouvrent aujourd’hui.

Cette médecine nous vient de loin. Elle est plusieurs fois millénaire. Les Sumériens de Mésopotamie et les anciens égyptiens transmettaient ce savoir médical de génération en génération aux prêtres et aux seuls initiés. Hippocrate et Pythagore en jetèrent les bases et en consignèrent les principes. Au VIIème siècle, les savants arabes et persans comme El Razi et Ibn Sina (Avicenne) l’améliorent et la développent. Ils la baptisent médecine Unani (de ionique qui veut dire grec en arabe). Leurs travaux, consignés dans des œuvres complètes comme « Le Canon de la médecine », ont permis de grandes avancées dans les domaines des maladies mentales, de la chirurgie et de l’obstétrique.

Les Arabes vont successivement introduire leur médecine en Espagne – plusieurs écoles de médecine furent créées à cette fin, notamment celle de Montpellier – puis en Asie.

En particulier en Inde, où la médecine Unani a eu une influence prépondérante sur l’ayurvéda.

Aujourd’hui, de nombreux instituts, hôpitaux et dispensaires dédiés à la pratique de cette médecine voient le jour en extrême Orient, en Asie centrale, mais aussi en Australie et en Nouvelle-Zélande. Selon la médecine Unani, la maladie est la réponse de l’organisme à un déséquilibre entre la chaleur et l’humidité de certains de ses organes. La thérapie prescrite doit rétablir cette harmonie.

Ainsi, si la maladie est causée par une température inférieure à la normale pour le bon fonctionnement d'un organe ou d'un ensemble d'organes, les aliments et médicaments prescrits doivent fournir assez de chaleur pour rétablir la température idéale pour le patient. Les médicaments doivent être exclusivement de source naturelle, afin d’éliminer les effets secondaires.

Et privilégier les remèdes végétaux aux remèdes d’origine minérale ou animale. Une fois l’équilibre restauré, la cause de l’affection disparaît et le processus de rétablissement du malade s'enclenche et progresse pour aboutir, dans la plupart des cas, à une guérison complète.

Dans le respect de ces principes, le thérapeute Unani élabore des remèdes qui s’attaquent avec précision aux causes des malaises visés pour en supprimer les effets. Il ne s’agit nullement de remèdes à usage générique, mais bien de produits ciblés dont seule la posologie permet le passage d’une approche curative à une approche préventive. Et dont la finalité est de « rechercher l’équilibre des grands systèmes pour résoudre des problèmes particuliers ».

Sphère gastro-intestinale

gastro-intestinale

Dans le cas d’inflammations intestinales et de diverticules, la médecine Unani préconise de nourrir et de tonifier les muqueuses de l’intestin et de l’estomac. Pour y parvenir, le thérapeute utilise un complexe de plantes qui permet de lutter contre les flatulences et les ballonnements et de cibler avec précision la formation de gaz dans les intestins en limitant à la source les fermentations.

Cette préparation contient :

  1. de la coriandre : réduit l’aérophagie, les flatulences, les digestions pénibles et les spasmes,
  2. de l’impératoire ostruthium : stomachique, antispasmodique, facilite l’expulsion des gaz,
  3. de la sophora flavescens : anti-diarrhéique, réduit les maux d’estomac,
  4. de la petite centaurée : favorise la digestion au niveau de l’estomac et accélère l’assimilation des aliments en augmentant la sécrétion des sucs gastriques, la bile en particulier,
  5. du carthame : anti-inflammatoire, anti-bactérien, soulage les douleurs abdominales,
  6. de la cardamome : favorise l’expulsion des gaz et soulage les douleurs de l’estomac,
  7. de l’althéa : antifongique, anti-bactérien et anti-ulcères.

À ces plantes, il ajoute des substances naturelles spécifiques qui contribuent à faciliter et à contrôler l’assimilation de la préparation et à échelonner son action dans le temps. C’est la mise en œuvre qui confère à la préparation son efficacité en augmentant considérablement l’action bénéfique des plantes.

Système cardio-vasculaire

cardio-vasculaire

Pour réguler la tension artérielle et le système circulatoire, il faut, selon la médecine Unani nourrir le muscle cardiaque pour le fortifier, améliorer la résilience des artères, la circulation cervico-cérébrale et réduire le taux de cholestérol. Pour y parvenir le thérapeute Unani utilise la synergie de six plantes qui vont agir chacune de manière très ciblée :

  • de la lavande : antispasmodique et hypotenseur,
  • du cerisier commun : diurétique,
  • du coqueret alkékenge : favorise la circulation du sang,
  • de l’angélique : tonique, stimulante,
  • du boldo : favorise l’évacuation de la bile et permet au système hépatique de mieux fonctionner et de jouer correctement son rôle de filtre du système sanguin,
  • du buchu : stimulant.

Organes vitaux et émonctoires

emonctoires

En nettoyant les organes vitaux et les émonctoires (foie, rate, pancréas, vésicule biliaire, reins), on optimise leur fonctionnement et on leur permet de travailler dans de bonnes conditions de température et d'humidité en évitant le sur-régime. Pour dynamiser les organes filtres, augmenter la diurèse, dissoudre et éliminer les calculs, la médecine Unani préconise un phyto-complexe :

  1. de paliure australe : astringente, diurétique,
  2. d’impératoire ostruthium : stomachique et antispasmodique,
  3. de pied de chat : cholagogue, favorise l’évacuation de la bile, astringent,
  4. d’achillée millefeuille : hypertrophie du foie, insuffisance biliaire,
  5. de livèche : diurétique, dépuratif,
  6. de myrtille : insuffisance hépatique.

Prostate

prostate botavie

Pour réduire l’inflammation et l’hypertrophie de la prostate ainsi que les gênes qui en découlent, la médecine Unani recommande de rétablir la température idéale de fonctionnement de l’appareil urinaire et des reins. Le remède doit avoir à cet effet des propriétés anti-inflammatoires doublées de vertus décongestives.

Et être doté d’un effet hormonal anti-androgène afin d’inhiber l’enzyme et les hormones responsables de l’hypertrophie et diminuer significativement et progressivement le volume de la prostate. Pour y parvenir, le thérapeute Unani préconise une préparation phyto à base :

  1. de prunier d’Afrique : améliore l’hypertrophie bénigne de la prostate, stimule la sécrétion prostatique et améliore l’élasticité de la vessie,
  2. de figuier de Barbarie : hyperplasie bénigne de la prostate,
  3. d’ortie : dépurative,
  4. de boldo : diurétique,
  5. d’achillée millefeuille : incontinence urinaire,
  6. de myrtille : antiseptique urinaire.

Système articulaire

En médecine Unani il faut, pour rétablir la température du système digestif, réduire les inflammations des tissus articulaires et dissoudre et évacuer les cristaux d’acide urique ou de calcaire localisés au niveau des articulations.

En effet, une température trop basse dans le bassin, l’estomac et le système digestif va entraîner une importante production de gaz dont une partie se logera sous la peau et dans les cavités et exercer une pression sur les vaisseaux sanguins, empêchant l'irrigation des cartilages et entraînant un assèchement.

Fidèle à ces préceptes, le médecin Unani réalise, pour réduire les inflammations et les cristallisations, apaiser les douleurs articulaires, améliorer l’irrigation sanguine des tissus articulaires ainsi que la viscosité du liquide synovial, un complexe de plantes composé :

  1. de prêle des champs : reminéralisant puissant, anti-inflammatoire,
  2. de jasmin étoilé, de mûrier blanc et de rose multiflore : ces trois plantes ont la vertu de calmer les douleurs articulaires et de réduire les inflammations,
  3. de liquidambar : anti-rhumatismal, anti-goutteux,
  4. d’éleuthérocoque : reconstituant, anti-inflammatoire,
  5. de griffe du diable : anti-inflammatoire, anti-rhumatismal.

Un ermite du Mont Liban au chevet des Occidentaux

mont liban

Né en Syrie il y a soixante-dix ans, Fayez Aladdin Al-Kabir a été élevé par un oncle rompu aux sciences anciennes et possédant une bibliothèque riche en livres et manuscrits anciens. À l’âge de 12 ans, il partage son temps entre l’école et cette bibliothèque. Au cours de ses lectures, deux disciplines le passionnent : La médecine Unani et l’alchimie. Il les étudie en s’appuyant sur les écrits de Galien, Hippocrate, Dioscoride, Al Antaki et Avicenne ainsi que sur des manuscrits uniques datant de l’Égypte ancienne et traduits par les Arabes à l’époque du Califat Fatimide. Il commence dans le même temps à arpenter les prés et les bois les plus proches pour y observer et étudier les plantes et les herbes et comparer ses observations avec ses connaissances théoriques. Pour approfondir son savoir, il voyage du Yémen à l’Anatolie et y rencontre des guérisseurs, des shamans et des médecins traditionnels.

Cette quête dure plusieurs années. De retour dans son pays natal – il a trente-sept ans – sa réputation de guérisseur s’établit rapidement à tel point que des médecins et des hôpitaux commencent à lui référer des cas difficiles, réfractaires aux traitements chimiques et à la médecine allopathique. Son secret : s’inspirer des recettes ancestrales de la médecine Unani pour élaborer des remèdes à base de plantes qui agissent principalement sur les causes des affections et dont l’action se produit très en amont sur les organes et les tissus impliqués dans le dérèglement.

Les 7 piliers de la médecine Unani selon Avicenne

Le Canon de la médecine (Al quaanoun fi-tibb), traité en cinq volumes par Avicenne (Ibn Sina) au VIIème siècle, décrit les sept principes fondamentaux qui président au fonctionnement du corps humain.

1 - La matière. Le corps humain est constitué de quatre éléments qui symbolisent les états de la matière et par conséquent la masse et l’énergie. Il s’agit de l’air (chaud et humide), de l’eau (froide et humide), du feu (chaud et sec) et de la terre (froide et sèche).

2 - Le tempérament. C’est l’interaction de l’air, de l’eau, du feu et de la terre qui va déterminer le tempérament de l’être humain : sanguin, flegmatique, bileux froid ou bileux chaud, mixte. L’état idéal correspond à un équilibre parfait entre les quatre éléments. Mais dans la réalité, cet état idéal n’existe pas.

tempéraments

3 - Les humeurs.

Les fluides contenus dans chaque corps (sang, flegme, bile jaune et bile noire), sont nécessaires pour maintenir l’humidité des différents organes et fournir la nourriture au corps. Ces humeurs sont obtenues par la nourriture et les boissons. L’alimentation doit être composée de substances choisies en fonction de leur température et de leur humidité.

4 - Les organes.

La catégorie d’organes la plus importante est constituée de cinq éléments : le cerveau, le cœur, le foie, les testicules ou les ovaires.

5 - L’esprit.

C’est l’âme motrice qui porte en elle tous les pouvoirs, en particulier le maintien de la vie.

6 - Les facultés.

Elles sont au nombre de trois. La faculté du métabolisme qui siège dans le foie et détermine la reproduction des cellules. La faculté psychique qui siège dans le cerveau. Le pouvoir vital qui maintient la vie et pousse les organes à accepter le pouvoir psychique. Il siège dans le cœur, le centre vital de la vie, dans le cerveau, le centre de la sensation, du mouvement et de la motricité et dans le foie, centre de la nutrition et de la production d’énergie.

7 - Les fonctions.

Les fonctions des différents organes sont tributaires des températures et des mouvements des fluides et des énergies. Ainsi les « facultés » seraient le chef d'orchestre et les « fonctions » les musiciens interprétant une partition sous sa direction.

Produits associés

Partager ce contenu