Votre Panier  

Aucun produit

0,00 € Livraison
0,00 € Total

Votre Panier Commander

Produits déjà vus

Nos marques

logo blog Le blog et nos articles

colissimo
Livraison gratuite
en Poste ou relais PickUp
à partir de

85,00€

Un renseignement, une posologie

ou un paiement par téléphone..

telephone

   

T : 03.51.00.17.83

PAYEZ EN 3 ou 4  FOIS

Nouveautés

Toutes les nouveautés

    HAP Labo SP- Pathologies dégénératives

    HAP Labo SP- Pathologies dégénératives

    Combat des effets du stress oxydatif, pathologies dégénératives liées à l’âge - Prévention des pathologies dégénératives liées à l'âge (vieillissement par dégénérescence) et la composante oxydative des pathologies aiguës (athérosclérose, involution et vieillissement cérébral, maladie d’Alzheimer, cirrhose du foie, arthrites...).

    Contenance : 90 gélules
     

    Jusqu'à 1 mois de cure par flacon de 90 gélules
     

    Durée : minimum 270 jours.


     

    HAP Healthy Aging Pack Labo SP Labosp

     

    Plus de détails sur ce produit...

    81,00 €

    HAP Labosp

    Clients "PRIVILÈGE" : 72,90 €

    Utilité  :

    Stress oxydatif, pathologies dégénératives liées à l’âge - Prévention des pathologies dégénératives liées à l'âge (vieillissement par dégénérescence) et la composante oxydative des pathologies aiguës (athérosclérose, involution et vieillissement cérébral, maladie d’Alzheimer, cirrhose du foie, arthrites...).

     

    posologiePosologie :


    Adultes : min - max 3 gélules par jour.  

    posologieSubstances actives :

     

    • Extrait de myrtille baies (vaccinium myrtillus)
    • Extrait d'acerola (malpighia glabra)
    • Extrait de pissenlit (taraxacum dens leonis )
    • SOD (super oxyde dismutase
    • GSH (glutathion réduit)
    • Extrait de tomate (standardisé en lycopène)
    • DL alpha tocophérol acétate
    • sulfate de zinc mono L-methionine
    • L-selenomethionine
    • Beta-carotène .


    Excipients : cellulose microcristalline; Enveloppe de la gélule : végétale.

    Paramètres nutritionnels : Pour 3 gélules: Vitamine C naturelle : 75 mg (93% AR), Zinc : 3 mg (30% AR), Selenium : 60 µg (109% AR), Vit E : 12 mg (100% AR), Vitamine A : 200 µg (25% AR)

     

     

    posologieConseils d'utilisation :

    Durée : minimum 270 jours.

     

    Associations utiles :

    L'apport complet de magnésium et de vitamines B : Magnésium malate, Niacine (Vit B3), Acide pantothénique (Vit B5), Pyridoxine (Vit B6), Riboflavine (Vit B2), Thiamine (Vit B1), Acide folique (Vit B9)

     

    Composition :


    Une synergie active, pluridimensionnelle (détoxication active enzymatique et détoxication passive nonenzymatique), et pondérée entre les substances choisies qui composent Healthy Aging Pack, associéé à VB complex pour un apport complet en magnésium et vitamines B

    La détoxication active enzymatique :

    Trois enzymes forment la clé de voûte de ce système antioxydant.
    la superoxyde dismutase (SOD),
    Comme l'indique son nom, la superoxyde dismutase - que l'on rencontre sous différents types - est une enzyme qui accélère la dismutation de l'anion superoxyde en peroxyde d'hydrogène.
    L'action oxydante de l'anion superoxyde provoque la peroxydation de lipides. Il peut aussi générer des radicaux plus réactionnels. La SOD s'attaque donc à ce produit pour arrêter à la base les réactions en chaîne.
    La famille de la SOD est formée de quatre formes métalliques de SOD. Deux contiennent du cuivre et du zinc, l'une d'elle, est la superoxyde dismutase à cuivre et zinc (Cu,ZnSOD).
    Une forme contient du fer ; c'est le superoxyde dismutase ferreux (FeSOD). Une dernière forme contient du manganèse. Il s'agit du superoxyde dismutase à manganèse (MnSOD).
    de la catalase,
    Le rôle de la catalase est d'accélérer la transformation du peroxyde d'hydrogène en eau et en oxygène bimoléculaire.
    et de la glutathion-peroxydase (GPx) avec les autres enzymes qui lui sont associées.
    Le rôle de la glutathion-peroxydase est de réduire le peroxyde d'hydrogène, ainsi que les peroxydes lipidiques.
    Le rôle de la glutathion-réductase est de régénérer la glutathion-peroxydase.
    La détoxication passive non enzymatique

    Beaucoup de substances antioxydantes se trouvent dans des plantes (fraîches ou dans des extraits hydro-alcooliques ou secs).
     
    Les antioxydants liposolubles
    La vitamine E (alpha et gamma-tocophérol)
    La vitamine E protège de l'oxydation les lipides circulants et les lipides des membranes cellulaires : c'est donc sur les lipides qu'elle exerce principalement son pouvoir antioxydant. Quand les lipides des membranes sont abîmés, il y a inflammation, allergie, dégénérescence ou mort cellulaire : on voit l'importance de cette vitamine dans la maladie et le vieillissement !
    Elle exerce également un pouvoir antiagrégant plaquettaire et inhibe la prolifération des muscles lisses, un des phénomènes associés à l'artériosclérose. Les sources de vitamine E sont des substances végétales riches en acides gras : huile de germe de blé, les amandes, les noisettes, le soja par exemple.
    Les flavonoïdes et les acides phénols :
    Les phénols sont des composés organiques qui présentent au moins une fonction carboxylique et un hydroxyle phénolique. Le rôle physiologique de ces molécules est encore mal connu mais on sait qu'elles sont des inhibiteurs enzymatiques (phosphodiestérase de l'AMPcyclique, de l'aldose-réductase et surtout de la 5-lipoxygénase). Il en résulte une inhibition des peroxydations des lipides membranaires et une inhibition de la formation de peroxyde d'hydrogène et de leucotriène qui justifie pleinement l'utilisation des plantes qui en contiennent, pour leur pouvoir antioxydant.
    Les flavonoïdes : substances d'origine végétale, notamment présents dans la myrtille, sont très antioxydantes ; les plus connues étant la rutine et la quercétine. Elles sont régénérées par la vitamine C. On les trouve aussi dans la pelure du raisin Vitis vinifera, le Ginkgo biloba, le cassis (Ribes nigrum), le chardon marie (Carduus marianus), l'hamamelis, la racine de gentiane (Gentiana lutea ), le Chrysantellum americanum...
    Le bêta-carotène.
    Précurseur de la vitamine A, il est plus actif et moins toxique que la vitamine A elle-même. On la trouve dans les carottes (Daucus Carota), le citron (Citrus limonum), le potiron, les crucifères, le maïs, les épinards, la laitue, le cresson, le melon, la pastèque, la mangue, la papaye, le pamplemousse rose, l'abricot, la prune...
    Le b-carotène est essentiel au bon fonctionnement de la communication cellulaire, de la différenciation cellulaire et de la reproduction.
    Le lycopène (pigment rouge des tomates)
    Ce sont encore des substances chimiques reconnues pour avoir un pouvoir antioxydant qui protégent nos cellules contre le vieillissement et le cancer.
    Les caroténoïdes sont des pigments liposolubles de couleur jaune, orangée à rouge. Malgré l'identification de plus de 600 caroténoïdes spécifiques, seul un nombre limité d'entre eux sont présents en quantité sensible dans le sang et les tissus humains.
    Les principaux caroténoïdes sont le 9-cis et tout-trans-b-carotène (provitamine A), le lycopène et la lutéine. Malgré la similarité de leur structure, ils exercent différentes fonctions biologiques, dont certains préviennent ou contrôlent efficacement la génération de radicaux libres.
    Le lycopène, le pigment rouge extrait de la tomate, piège les radicaux libres avec une efficacité supérieure d'au moins 70 % à celle du b-carotène. Le lycopène présente un grand intérêt du fait de ses propriétés antimutagènes. Une étude d'une durée de 7 ans portant sur 48000 volontaires a apporté la preuve que la consommation de lycopène réduit le risque d'apparition du cancer de la prostate.
     
    Les antioxydants hydrosolubles
    La vitamine C (ascorbate) :
    Coenzyme de nombreux enzymes intervenant dans la défense immunitaire, chélateur de toxiques (nitrates, tabac, pesticides), régénérateur de la vitamine E et du glutathion, elle devient le radical ascorbyle qui est très stable. Elle intervient aussi dans la solidité de la trame osseuse, dans la protection de la microcirculation capillaire et dans la prévention des pathologies liées au vieillissement, en particulier les pathologies cardio-vasculaires et la cataracte. Elle diminue le risque de cancer. On la trouve dans tous les fruits frais et les légumes crus.


    Les vitamines B :
    Elles sont essentielles dans la bonne assimilation des nutriments, à la production d'énergie, à l'immunité, à la synthèse des neurotransmetteurs.
    La B2 est essentielle dans le recyclage du glutathion oxydé par la glutathion-réductase. Elle joue donc indirectement un rôle antioxydant.
    La B6 participe à la synthèse des protéines, des neurotransmetteurs et de la taurine. Elle est surutilisée par la pilule, la grossesse, l'exercice physique.
    La B9 ou folates est indispensable avec la B12, à l'hématopoïèse, aux réactions de méthylation qui interviennent dans la synthèse des neurotransmetteurs, dans la modulation de l'activité des récepteurs membranaires, dans l'épuration de l'homocystéine, un métabolite athérogène des acides aminés soufrés.
    Il faut savoir qu'une hypométhylation est trouvée à la fois lors du vieillissement et lors des pathologies cancéreuses. L'insuffisance de folates semble intervenir dans l'apparition du cancer du col utérin, des accidents vasculaires cérébraux et coronariens et des troubles cognitifs chez la personne âgée.
    On trouve les vitamines B dans les céréales germées ou non, la levure de bière...
    Consultez la fiche complète de VB Complex


    La vitamine E désigne un groupe de nombreux composants présents dans la nature : les a, b, g et d-tocophérols et tocotrienols.
    Les rôles fondamentaux des tocophérols sont la protection antioxydante de la surface des lipoprotéines et des membranes cellulaires.
    Les tocophérols les plus retrouvés au niveau du plasma sont l'a et le g-tocophérol. Le g-tocophérol est capable de piéger les peroxynitrites, particulièrement dangereux pour les neurones, ce que ne peut effectuer l'a-tocophérol.
    La vitamine E est un protecteur cardiovasculaire. Chez les patients se supplémentant en vitamine E à des doses supérieures à 100 UI par jour, des études épidémiologiques ont montré une diminution du risque cardio vasculaire. Elle inhibe l'agrégation plaquettaire et a un effet anti-inflammatoire. C'est un stabilisateur des membranes à la fois protecteur musculaire et érythrocytaire.
    Le glutathion et les acides aminés soufrés qui sont ses précurseurs (taurine, cystéine) :
    Le glutathion est nécessaire à l'action réparatrice de la glutathion-peroxydase à sélénium sur les lipides membranaires oxydés et il est un producteur antioxydant dans de nombreux tissus, en particulier le cristallin.

     
    Les minéraux

     


    Le Zinc :
    Coenzyme identifié comme indispensable dans plus de 200 opérations biochimiques, il intervient dans la duplication du programme génétique et donc la multiplication cellulaire et la synthèse des protéines.
    Il intervient encore dans la synthèse et la dégradation des glucides et des lipides, ainsi que dans le métabolisme hormonal (insuline, glucocorticoïdes, hormone de croissance, thymuline, gustine...).
    En pathologie, on retrouvera, en cas de déficit en zinc, des perturbations dans la synthèse de la kératine (cheveux et ongles), une peau sèche, une lenteur de cicatrisation, une augmentation de la fréquence des infections (leucocytes, thymus), de l'ostéoporose (synthèse des ostéoblastes), des problèmes d'infertilité et de gestation, des manifestations psychiatriques comme de l'instabilité émotionnelle et de l'anorexie.
    Le pouvoir antioxydant du zinc est lié à une diminution des taux de glutathion réduit (GSH), facteur majeur de détoxification cellulaire : le déficit en zinc entraîne une augmentation de la vulnérabilité des groupes thiols (groupes-SH) des acides aminés soufrés, méthionine, cystéine, taurine.
    On trouve du zinc dans les viandes, les fruits de mer, les poissons, les céréales, les légumes secs et en phytothérapie, dans le pissenlit (Taraxacum dens leonis)
    Le Sélénium :
    Cofacteur d'un certain nombre d'enzymes, le rôle essentiel du sélénium est de soutenir l'action de la glutathion- peroxydase qui en a un besoin absolu. Cette enzyme est impliquée dans la dégradation des ions superoxydes produits au cours de tout métabolisme.
    Le sélénium agit en complément avec la vitamine E qui, elle, capte les radicaux libres au niveau des membranes cellulaires. Le second rôle antioxydant du sélénium est ainsi de protéger les membranes cellulaires de la peroxydation de ses lipides. Le sélénium peut faire des complexes avec les métaux lourds, ce qui permet de les éliminer dans les urines.
    Une bonne concentration de sélénium interfère sur la GPX et diminue considérablement la toxicité des antibiotiques de la série cisplatine (tetracycline, gentamycine) ainsi que de nombreux carcinogènes chimiques.
    Lors de déficits en sélénium, on note une augmentation des protéines de l'inflammation, une diminution de la phagocytose et de la réponse immunitaire thymodépendante. Le sélénium intervient encore dans le métabolisme de l'acide arachidonique, sur la modulation de l'agrégation plaquettaire et la synthèse des prostaglandines.
    C'est dans les aliments riches en protéines que l'on trouve le sélénium sous sa forme organique (sélénocystéine, sélénométhionine) mais il faut noter que dans nos pays européens, l'apport alimentaire est souvent insuffisant. Les sources sont les poissons, les coquillages, les crustacés, les rognons, les céréales et la levure de bière.
    Le Magnésium :
    Bien que non cité habituellement comme antiradicalaire, le magnésium y participe en agissant sur l'adaptation au stress de tout l'organisme ( plus particulièrement le cœur et le cerveau ), en contrôlant l'émission de radicaux libres et leur pénétration dans les cellules (notamment l'alcool et les métaux lourds), en contribuant à la stabilité de la structure des gènes et en activant les vitamines du groupe B.
    Il est indispensable aussi à la formation de l'os et à la bonne répartition du calcium dans les tissus et les cellules. La consommation d'eaux riches en magnésium est associée à une réduction des risques d'arythmie cardiaque, d'hypertension et de mortalité cardio-vasculaire. Le magnésium joue un rôle dans le contrôle de la vitesse du vieillissement et dans la prévention d'un certain nombre de phénomènes dégénératifs qui y sont associés.


    N.B.

     

    Le Fer : un commentaire spécial doit être fait sur le fer ! Car, au delà de son rôle majeur dans le transport d'oxygène, il est aussi un puissant catalyseur d'une réaction menant à la formation de l'un des plus toxiques radicaux libres, le radical hydroxyle (OH°), particulièrement dangereux pour l'ADN. Par ailleurs, il augmente la nocivité d'un radical à longue demi-vie, le peroxynitrite (ONOO°). Le fer joue un rôle dans l'augmentation des cancers et des maladies cardio-vasculaires, dans la dégénérescence cirrhotique du foie, dans la destruction articulaire des polyarthrites rhumatoïdes et très probablement dans la destruction neuronale qui a lieu dans la maladie de Parkinson. Il catalyse l'oxydation de la vitamine C et il est le plus puissant antagoniste du Zinc. Le fer contribue ainsi à stimuler l'oxydation et donc le vieillissement.

     

    Le stress oxydatif, l'alimentation peut être une source importante d'antioxydants, à condition de consommer les bonnes molécules

    Chaque jour, les cellules de l'organisme humain, tout comme celles des animaux mais aussi les plantes subissent un stress oxydatif ou oxydant de la part des radicaux libres, des espèces réactives oxygénées (ROS) ou azotées (RONS) : l'oxydation est une réaction d'oxydoréduction qui transfère des électrons d'une substance vers un agent oxydant. Ces multiples réactions entraînent des phénomènes en chaîne destructeurs au long cours, souvent mis en cause dans bon nombre de pathologies. Or, les antioxydants sont des molécules capables de protéger les molécules organiques, par exemple les lipides ou l'ADN, de cette oxydation : ils sont capables de stopper ces réactions en chaîne en se réduisant avec les radicaux, réduisant ainsi leur action délétère pour les cellules. L'alimentation peut être une source importante d'antioxydants, à condition de consommer les bonnes molécules.
    La grande famille des polyphénols :

    Les polyphénols aident à lutter contre la formation des radicaux libres, cette grande famille comprenant bon nombre de molécules, faciles à mettre dans son assiette au quotidien.


    Les flavonoïdes sont des polyphénols très répandus parmi les végétaux : ils agissent principalement comme antioxydants primaires, en stabilisant les radicaux peroxydes mais ils peuvent aussi désactiver les espèces oxygénées réactives, inhiber la lipoxygénase, une enzyme au rôle majeur dans la formation des radicaux libres ou encore chélater les métaux. Il existe plus de 4 000 variétés de flavonoïdes regroupées en 4 principaux groupes : les flavonols, dont fait partie la quercétine (oignon, brocoli, pomme ; ginkgo), les flavonoïdes les plus étudiés, les flavonols contenus dans le thé vert et noir ( épigallocatéchine-3-gallate), le vin rouge et son fameux resvératrol*, un polyphénol de la classe des stilbènes, tout comme la mûre et les cacahuètes ainsi que les anthocyanines, dont les fruits rouges, les baies violettes et le raisin en sont richement pourvus.
    Les caroténoïdes**( carotène, xanthophylle,astaxanthine, lycopène), une autre famille de polyphénols, sont surtout présents dans les fruits jaunes et rouges. Le béta-carotène ( pro-vitamine A) notamment est contenu dans les carottes, les abricots, les mangues. Quant au lycopène, il n'est pas seulement présent dans les tomates( sauce tomate, purée de tomate) mais aussi dans la pastèque, la goyave et la papaye : ces fruits se rangent parmi ceux ayant le plus fort taux de concentration en antioxydants. Les protéines animales telles que le saumon ou les crustacés contiennent, quant à elles, de l'astaxanthine.
    Les tanins sont également des substances antioxydantes organiques que l'on retrouve dans presque tous les végétaux et plus particulièrement dans le cacao, le café, le thé et le raisin. Le tanin contenu dans le thé ne se libère qu'au bout de 3 minutes d'infusion : ayez la patience de laisser infuser votre thé vert préféré le temps adéquat afin de boire tout ses principes actifs.
    Certaines vitamines plus que d'autres :

    La vitamine C est capable de traquer directement les radicaux libres, en plus de renforcer les défenses immunitaires. Cette vitamine a de plus la capacité de protéger les autres vitamines de l'oxydation et des dégradations, tout en améliorant l'absorption du fer. Elle est particulièrement présente dans les légumes crus comme le poivron, le brocolis, les herbes fraiches ( persil, coriandre, ciboulette, thym) ainsi que dans le cassis, le kiwi, le citron et l'orange.
    La vitamine E ( le tocophérol ) peut être apportée sous forme d'huiles végétales de germe de blé, d' amandes, de noisettes, de noix de brésil, d'avocat, d'olives ainsi que par la consommation de céréales complètes. Son activité antioxydante est toutefois renforcée lorsqu' elle est couplée avec de la vitamine C.
    Des oligo-éléments doués pour le combat :

    Le sélénium est un oligo-élément qui a un rôle antioxydant majeur, très facile à consommer sous forme de poisson, de crevettes, d'huîtres, de noix du Brésil. L'ail, les oignons, la tomate ainsi que le germe de blé en représentent des sources tout aussi intéressantes.
    Le zinc, tout comme le sélénium, permet l'action des enzymes anti-oxydantes. Il est, tout comme le sélénium, présent dans les huitres mais aussi le jaune d'œuf, le germe de blé, les graines de sésame, les lentilles, le riz complet, les champignons shiitakes ainsi que le pain complet.
    Un mode de cuisson approprié :

    Le mode cuisson choisi pour certains légumes et parfois certains fruits revêt une importance capitale afin de conserver le bénéfice de leurs antioxydants. La vitamine C, par exemple, est inactivée lors de la cuisson : les herbes fraiches doivent être incorporées au moment de servir, le filet de citron ajouté au dernier moment.
    Par contre, la tomate a besoin d'être cuite afin de libérer et d'augmenter sa teneur en lycopène biodisponible, ce dernier étant emprisonné alors dans une trame protéique : mieux vaut donc opter pour la sauce tomate que la tomate fraîche pour faire le plein d'antioxydant.
    La quercétine se supporte pas l'épluchage, cette dernière étant contenue surtout dans la peau de la pomme : il convient dès lors de choisir des pommes issues de l'agriculture biologique, afin d'éviter tout risque d'absorption des pesticides.
    Le pouvoir antioxydant d'un aliment :

    Ce fameux potentiel antioxydant peut être de nos jours mesuré par différentes méthodes dont celle notamment de l' ORAC (Oxygen radical absorbance capacity). Cette méthode est basée sur la capacité de l'aliment à absorber le radical peroxyle produit de façon artificielle. En tête des aliments antioxydants figurent le pruneau avec un score de 580 unités ORAC /100 g, suivi du raisin (280 unités), de la mûre (240 unités), de la fraise (150 unités), du chou frisé (180 unités), des épinards (130 unités) et du brocoli (90 unités). Les légumineuses comme les pois et les haricots secs, surtout lorsqu'ils ont une couleur soutenue sont également de sources intéressantes d'antioxydants faciles à mettre au menu régulièrement. Cette méthode a permis de remettre à leur juste place les oléagineux mais aussi les épices comme l'origan et la cannelle, en tête du palmarès : ce n'est certes pas du au hasard si ces épices ont de tout temps été utilisés par les civilisations précédentes.
    Faire le plein d'antioxydants au quotidien est donc tout à fait possible, à condition d'adopter une alimentation diversifiée, certes riche en fruits et en légumes, mais aussi incluant diverses légumineuses, trop souvent oubliées ainsi que toutes les herbes aromatiques et épices qui rehaussent les plats tout en apportant des éléments protecteurs : manger bon et sain peut être simple.

    Donnez votre avis sur ce produit

    HAP Labo SP- Pathologies dégénératives

    HAP Labo SP- Pathologies dégénératives

    Combat des effets du stress oxydatif, pathologies dégénératives liées à l’âge - Prévention des pathologies dégénératives liées à l'âge (vieillissement par dégénérescence) et la composante oxydative des pathologies aiguës (athérosclérose, involution et vieillissement cérébral, maladie d’Alzheimer, cirrhose du foie, arthrites...).

    Contenance : 90 gélules
     

    Jusqu'à 1 mois de cure par flacon de 90 gélules
     

    Durée : minimum 270 jours.


     

    HAP Healthy Aging Pack Labo SP Labosp

     

    Donnez votre avis sur ce produit

    Path: > > > > HAP Labo SP- Pathologies dégénératives

    Les clients qui ont acheté ce produit ont également acheté :